Twitter
LinkedIn
RSS

L’autopublication: pas un choix par défaut, mais une voie vers son destin d’auteur | [Article invité]

0
0
0
0
0
Ou copiez le lien

Note: Ceci est un “article invité” de Chris Simon, auteure indépendante à succès : )

Chris Simon | Auteure indépendante

Eric m’a invité sur son blog et je l’en remercie.

Après deux semaines de réflexions, j’ai décidé de parler de l’écriture.

J’ai publié mon premier livre en mars 2011 sur iBookStore et Amazon.

Dès 2010, j’ai travaillé à l’élaboration de cet ebook, un recueil de nouvelles. Techniquement, je n’y connaissais absolument rien.

J’avais simplement des comptes sur Amazon.com et iTunes, j’avais conscience de ce renouveau de l’autoédition numérique, mais à l’époque, arrivée en France depuis 2009, je me concentrais surtout sur la vente de mes scénarios et la publication de mes nouvelles dans les revues et chez les éditeurs, cependant aidée par un ami auteur anglophone, je me suis lancée.

Au début, j’étais débordée par la somme de choses à faire et à apprendre à faire, car non contente de publier mon livre, j’ouvrais en parallèle un blog sur WordPress et un site sur lequel je planifiais de vendre mes livres en direct (ce que je n’ai pas poursuivi, car à l’époque peu de gens lisaient en numérique en France, mais je recommande de le faire aujourd’hui).

Heureusement depuis 2010, beaucoup plus d’informations et de tutoriaux (même en français) sont disponibles pour vous aider à fabriquer et bien lancer votre ebook.

Des succès comme celui d’Agnès Martin-Lugand ou Jacques Vandroux ont permis de répandre la pratique de l’autopublication et d’obtenir à la fois de la visibilité auprès des lecteurs, mais aussi leur confiance.

En juin 2013, j’ai publié une nouvelle Lacan et la boîte de mouchoirs (c’était mon 4e ebook). Il a eu un beau succès (45 jours dans le Top100).

La réaction positive des lecteurs m’a encouragée à continuer, j’ai donc transformé la nouvelle en une série et aujourd’hui je propose la Saison 1 – L’intégrale sur les plateformes numériques.

Cette série m’a appris beaucoup sur l’écriture et l’autopublication numérique, et je crois, a fait de moi un auteur.

L’expérience Lacan et la boîte de mouchoirs est donc une expérience très constructive et positive, elle m’a propulsé dans une autre dimension.

Écrire chaque mois une séance, en retrouver les personnages est un rendez-vous que je respecte, apprécie, honore avec plaisir et parfois même, avec impatience quand une bonne idée me vient… (Je continue la série avec une Saison 2)

Lacan et la boite de mouchoirs | saison 1

Au cours de ce chemin d’écriture et d’autopublication, j’ai appris à coder mes textes, à développer une stratégie marketing, à m’entourer de gens compétents (une communauté d’auteur Indés est née), à gérer un blog, à communiquer avec mes lecteurs, et surtout je les ai rencontrés (un long chemin qui commence), mais plus important encore après trois ans d’autopublication, je me sens écrivain.

Le succès se mesure dans les détails. Je ne cherche pas à vendre à tout prix, je ne cherche pas à être connue ou reconnue par les médias (qui de toute façon ne s’intéressent pas à moi), je tends à exister en tant qu’auteur, c’est-à-dire à rejoindre les autres à travers mes mots, ce que j’ai à dire, ce que j’ai à vous dire au plus profond de vous.

L’écriture n’est pas un métier, car sa valeur est complètement subjective.

Bien sûr, je passe de longues heures à donner le meilleur de moi-même, bien sûr, je programme le lancement de chacun de mes livres et avant ce lancement, je m’assure que l’histoire, le texte est mûr, impeccable, au plus près de ce que je voulais faire…

Dans ma première publication, j’ai omis ces étapes et fait de nombreuses erreurs. Avec ma série, j’ai appris livre après livre à ne plus les commettre.

À présent, j’organise la parution de chacun de mes livres, je m’assure de la qualité avant parution, je le fais savoir, j’utilise tous les outils qui sont à ma disposition et ils sont nombreux.

Je me fais connaître à travers un blog et un site, les réseaux sociaux, mais pas seulement sur le net, dans ma vie de tous les jours aussi. Les lecteurs ne sont pas virtuels, ils sont faits de chair et de sang.

Je me suis imposée, révélée à moi-même en tant qu’écrivain. Personne n’a décidé pour moi. Écrire chaque jour, me lancer sans attendre l’aval d’un professionnel, publier en numérique l’ont fait.

J’ai pris goût à la liberté, j’ai compris le travail de l’éditeur en le faisant. J’ai développé mes compétences et mon talent, affiné mon style et l’aventure ne fait que commencer.

J’envisage de publier autant chez un éditeur (j’ai publié en 2012 chez Publienet et viens de publier une novella, dans le collectif Pentatracks, publiée par La Bourdonnaye) qu’en indépendante. Je finalise un roman qui devrait sortir cet automne.

Alors, écrivez et le reste suivra !

****************************

Pour ceux qui veulent en savoir plus, rendez-vous sur le blog de Chris Simon ou sur sa page Facebook

L’intégrale de la saison 2 de Lacan et la boîte de mouchoirs dont je vous recommande vivement la lecture, est dispo sur ce lien (non-affilié) pour à peine 4,97 €.

Des commentaires, des questions pour Chris ? @ vos plumes ; )

Eric – La Plume



      
0
0
0
0
0
Ou copiez le lien
Tags:,,,

Déposez un commentaire

*