Twitter
LinkedIn
RSS

Ebooks Kindle | Joies et malheurs de l’outsourcing

0
0
0
0
0
Ou copiez le lien

Attention à l'outsourcing avec Kindle !Slt @ tous,

Voilà bien longtemps que La Plume n’a pas posté un seul article. Aujourd’hui, j’aimerais m’excuser et expliquer ce mutisme en partageant avec vous la mésaventure qui m’est arrivée récemment. Pas pour m’en vanter loin de là, car au contraire j’ai longuement hésité avant de me confier à vous mais j’ai appris que parfois, il faut mettre de côté son ego, son image… Pour pouvoir mieux se mettre au service des autres.

@ toi collègue auteur-éditeur indépendant ou en devenir, je demande toute ton attention. Parce que l’histoire qui va suivre est vraie, et tu pourrais sauver le futur de ton activité en étant bien attentif à ce qui va suivre. N’hésitez pas à partager cet article sur Facebook et tweetez-le en utilisant les icones, car il pourrait rendre service à tous.

Compte KDP bloqué :(

Assez de mystères et droit à l’essentiel: J’ai vu récemment mon compte Amazon KDP suspendu, bloqué, désespérément vide du moindre bouquin, un beau matin. Et, j’aimerais que cela n’arrive à aucun d’entre vous.  La racine du mal fut la découverte par la team KDP de certains de mes ouvrages anglophones comme étant un mix entre de l’original et du contenu “PLR” qu’on appelle en Francophone “DLP”, d’où ce précédent article sur le sujet.

J’avais déjà renoncé à l’utilisation de “100% PLR” pour des raisons évidentes, mais gardé dans mon fond d’édition – à tort – + de 5 ebooks qui se vendaient si bien que je n’avais pas le coeur de les retirer. Cela m’avait valu un avertissement naturellement pris en compte, en retirant immédiatement ces vestiges de la folie PLR qui régnait à une époque sur la plateforme anglophone.

L’anglais n’étant pas ma langue maternelle, je souhaitais néanmoins pouvoir ajouter des ouvrages anglophones à ma bibliothèque sans erreurs de grammaire ni fautes d’orthographe. J’ai donc fait appel à ce qu’on appelle des ‘Ghostwriter’ autrement dit des plumes externes, pour me fournir du contenu. Et l’une d’entre elles – moins délicate que les autres – a jugé bon de combiner son contenu avec du contenu copié sur le web. D’où le couperet qui tomba.

Mais pas moi. J’avais bien conscience de ma responsabilité dans le sens où j’aurais du faire une double – voire une triple – vérification de ce contenu avant de le publier. Mais il y avait une part de malchance quand-même, et j’avoue avoir été démonté l’espace d’un instant, le temps de recouvrer mes esprits et publier certains de mes contenus originaux (qui du coup étaient bloqués aussi) sur une autre plateforme, en l’occurrence l’Ibook Store d’Apple.

Mais hors de question pour autant d’abandonner l’aventure Kindle qui me tenait à coeur, pour plusieurs raisons. D’abord, Amazon est la société la plus “smart” que je connaisse, et qui m’a donné l’opportunité de pouvoir partager des connaissances et des trouvailles avec des lecteurs dont la fidélité me touchait. Et puis, c’est une passion qui vous prend aux tripes. Et c”est aussi devenu progressivement une source de revenus complémentaires + que décente et sur le point d’évoluer vers des sommets.

Publication Kindle: Recommandations

S’il y a un conseil ou deux à prendre au passage d’ailleurs, c’est d’avoir toujours au moins une ou deux sources de revenus en-dehors de votre activité d’éditeur numérique ce qu’heureusement j’ai toujours fait 😉 J’ai donc dégagé plus de temps pour développer mon service de pages pro Facebook et du consulting SEO, mais sans renoncer à aucun moment de récupérer mon compte, en m’engageant fermement auprès d’Amazon pour veiller à ce que tout contenu publié dans le futur soit original et unique.

Et bien les amis, ça n’a pas été une mince affaire ! Après les conseils avisés d’un de mes amis auteurs américains Paul Coleman + d’une quinzaine d’échanges mails avec Amazon et de réponses négatives, quelques appels aux US, un déplacement aux bureaux d’Amazon Paris, et un dernier appel explicatif aux US… J’ai pu récupérer mon compte de justesse !

Oui, c’était stupide de ma part de ne pas avoir veillé à suivre les rails comme il le fallait, et j’ai eu beaucoup de chance (Bon, une bonne dose de persévérance aussi 😉 mais.. tout le monde n’a pas forcément la même chance sachant qu’Amazon veille de plus en plus – à juste titre – à la qualité irréprochable du contenu publié sur sa Plateforme.

Si une conclusion peut vous être utile, elle pourrait ressembler à ceci: Si vous publiez de l’information, prenez garde à ne jamais céder à la facilité d’utiliser du contenu “labellisé” dit ‘DLP’ et ce même en mélange avec de l’original. Si vous souhaitez externaliser votre contenu sur des sujets que vous ne maîtrisez pas, veillez à bien sélectionner le profil des personnes qui vont écrire pour vous, en préférant payer un prix un peu plus élevé pour de la top-qualité. Ne renoncez jamais à vos rêves, ne lâchez pas, allez jusqu’au bout. Si une tuile arrive, sortez un plan B sans attendre, vous pourriez aussi songer à publier sur d’autres plateformes comme l’IbookStore dès à présent, ce qui vous donne quoi qu’il arrive un espace de plus pour publier vos ebooks.

Faites passer le mot !

Si vous voulez apporter une contribution à tous ceux et toutes celles que l’édition numérique passionne, partagez cet article sur Facebook, tweetez-le et informez vos contacts de quelle façon une mésaventure peut vite arriver.  De mon côté, je vais augmenter ma contribution à la communauté en prenant plus de temps pour publier des astuces, articles et recommandations – et conclure en vous remerciant tous et toutes pour être là, pour vos commentaires sympas et vos questions pertinentes. Un merci tt particulier à Myriam, Jul et Ric pour avoir été dans la confidence et m’avoir soutenu. Une réaction, même acide ? Une question ? A vos commentaires ! Bien amicalement,

Eric – La Plume



      
0
0
0
0
0
Ou copiez le lien
Tags:,,,,

10 réponses à “Ebooks Kindle | Joies et malheurs de l’outsourcing”

  1. Patrick says:

    Bonjour,

    j’ai une petite question d’un débutant …

    Il y a quelques temps, j’ai écris un article pour mon site qui a bien fonctionné et je me suis dis que ce serait un excellent premier essai d’en faire un guide pour le kindle.

    J’ai donc développé l’article en un guide plus complet de 23 pages au total, mais je me demande si le fait d’avoir cet article sur mon site posera un problème ?

    Patrick

    • Slt Patrick comment va ! Dslé pour le délai de réponse, j’ai été déconnecté un long moment pour raisons de santé :( Alors peut-être que ma réponse arrive trop tard, mais si ça peut t’aider pour le futur sache que t’inspirer d’un ou plusieurs bons articles de ton blog pour faire un guide est une bonne idée, simplement il faut absolument éviter de faire du “copié-collé” car même si tu es l’auteur des articles, tu peux être pénalisé par Amazon pour avoir repris du contenu disponible gratuitement sur le web. Je te recommande donc d”étoffer” l’article en question en utilisant d’autres termes, en approfondissant ton analyse, etc.. Espérant avoir répondu à ta question, sinon n’hésites pas à demander ; ) AMicalement
      Eric – La Plume

      • Patrick says:

        Bonjour Eric,

        Finalement, c’est ce que j’ai fais j’ai étoffé énormément l’article pour en faire finalement un petit livre de 20 pages, cela dit, il ne se vend pas.

        Bon rétablissement et porte-toi mieux.

        Amicalement
        Patrick

  2. Fati says:

    Salut Eric,
    Merci beaucoup pour le témoignage et les conseils, j’avoue que tes sujets me manquent et que ce retour d’expérience est très utile pour moi, puisque parmi mes titres un est déjà bloqué ! Alors ma question est la suivante : – Quand Amazon décide de fermer un compte KDP?
    Je viens d’avoir un livre N°1 de sa catégorie et deux commentaire et 5 étoile pour un autre et j’ai peur de perdre mon compte ! Concernant les autres plateformes, j’hésite encore par ce que c’est plus anglophone (Smashword, Lulu…)
    Je te souhaite un bon retour sur KDP et bonne chance pour tes projets avenir :) Merci encore une fois pour ta présence et surtout pour ton esprit de partage généreux et rare :) @ bientôt

    • laplumeautonome says:

      Hi Fati,

      De rien, tjrs avec plaisir tu le sais : ) Merci pour ta remarque. Super pour ton livre No 1 mais tu parles d’un ebook en anglais ou en FR ? La meilleure façon de pas perdre ton compte, c’est tt simplement de produire toujours ton propre contenu (sauf en cas domaine public, où tu dois respecter certaines règles comme expliqué sur ce lien).

      .. De ne pas utiliser du PLR ou DLP, en tant que contenu déjà prêt à copier/coller. Maintenant, rien n’empêche de consulter du PLR/DLP pour s’inspirer en cas de syndrome “page blanche”, puis de créer avec tes propres mots.

      .. Et dans le cas où tu publies dans une autre langue comme l’anglais, tu peux prendre un “ghostwriter” mais en le sélectionnant avec soin. Préfère un natif anglophone au prix un peu supérieur, à un philippin cheap et susceptible de produire un peu n’importe-quoi. Quand tu passes par une plateforme d’outsourcing comme Elance (version francophone) ou Odesk (Anglais mais simple), veille à vérifier dans les profils le nombre d’étoiles, d’heures déjà travaillées, commentaires positifs, maquettes de contenu etc.. ET – TRes IMportant – utiliser l’outil en ligne ‘Copyscape’ pour y copier-coller par paquets de 2000 caracteres max. les textes fournis, et vérifier instantanément si la moindre partie de contenu a été pompée sur le web.

      Merci aussi pour tes voeux ! Ca reprend plutôt bien son cours : ) Pour les autres plateformes et notamment Lulu, il y a une version francophone du site. Par-contre quand tu connais pas, bjr galère pour formater. Le formatage manuel d’un Kindle est de la gaminerie par rapport à celui d’avoir un format qui soit pas rejeté par Ibook Store ! Et ce, même en utilisant l’automate de création de Lulu car en fait, la difficulté est plus au niveau du formatage dans Word qui demande des pincettes de précisions.

      Bonne chance @ toi aussi ! Friendly

      Eric – La Plume

  3. myriam says:

    Hello Eric
    J’essaie d’évaluer si le sujet de mon e-book peut rencontrer un marché et pour ça,en plus de tes conseils judicieux, j’ai été voir le rank d’un kindle “concurrent”qui est sorti il y a quelques mois et j’ai vu qu’il est n°788 des ventes et n°1 dans sa catégorie:même si ce n’est pas dans les top 100,est-ce une bonne place ou une place moyenne? Est-ce un bon moyen de se rendre compte si un sujet plaît ou non?
    Sais-tu comment on fait pour connaître le nombre de kindle en vente en france, apparemment ce n’est plus marqué.
    Amicalement
    flamme

    • laplumeautonome says:

      Hey Myriam,

      Vérifier si un marché existe pour ton ebook est un bon réflexe, mais ça fonctionne mieux dans l’autre sens: Explorer les sujets en forte demande et publier en fonction (Comme résumé dans la section ‘Astuces’ de La Plume – ELément 1 ; )
      Pour le ranking, le top 100 est effectivement un bon indicateur pour 2 raisons:

      – L’ebook s’est bien vendu, donc il grimpe
      – .. Puis se vend encore mieux, car catalogué de façon visible comme étant dans le Top 100

      .. Ceci dit il y a aussi une question de rentabilité. Pour exemple, un de mes ebooks qui était dans le Top 100 pdt qques jours (c’était un de la collection ‘Mes Résolutions’, en série limitée) se vendait encore + qu’auparavant c’est vrai, mais vu le prix de vente (1,97 €) il me rapportait moins que d’autres ebooks à 3,97 qui se vendaient un peu moins 😉

      L’autre intérêt d’avoir ton ebook dans le Top 100 est de mieux te faire connaître pour tes futurs lancements. Pour le rank du Kindle concurrent, n. 788 des ventes est une bonne place – par contre le fait d’être classé 1 dans une catégorie est valable uniquement si la catégorie en question comporte bcp d’ouvrages francophones. Si par ex. vous êtes 3/4 au plus en français sur le même sujet, la place 1 n’implique pas forcément un volume de ventes aussi important qu’un autre ebook classé Num. 4 dans une catégorie plus prisée.

      Garde à l’esprit que plus il y a de concurrence dans une niche, meilleure est la niche car cela confirme une forte demande. Il ne faut donc surtout pas avoir peur de la concurrence, et la prendre plutôt comme un challenge que tu px atteindre si tu t’en donnes les moyens. N’oublie pas quand tu fais un checking de tes concurrents, de regarder les commentaires pour voir ce qui est le plus apprécié, et le plus détesté: Ca te permet d’orienter ton contenu de la meilleure façon en palliant aux manquements chez les autres, et en apportant à tes lecteurs ce qu’ils attendent.

      .. Et enfin, n’oublie pas qu’en attendant de figurer dans le Top 100, Amazon a des stratégies pour faire apparaître ton ebook à d’autres endroits, comme au moment d’une commande dans un sujet similaire, du genre ‘Les clients qui ont acheté ce livre ont aussi aimé..” etc.. ET.. Un marketeur américain de mes amis qui a étudié le marché de long en large a constaté que les usagers d’Amazon n’achètent pas systématiquement le tt 1er ebook qui apparait tt en haut: Ils lisent un peu les commentaires, flânent en cliquant sur d’autres ebooks dont la couverture les attire, surfent un peu dans les catégories connexes, etc.. Et bcp d’entre eux se limitent rarement à un seul achat lorsqu’il s’agit d’ebooks kindle à faible coût (genre 0,99/1,99…)

      .. Ca ne doit pas être très différent en FR, même avec les différences de culture: c’est humain de faire un peu de ‘lèche-vitrine’ avant de sauter sur la 1ere tête de gondole. Les places 3 et 4 sont donc aussi de très bonnes places :)

      .. Pour le nombre de ventes Kindle en FR, je ne saurais te répondre. Bon succès dans tes ventes, tiens-nous au courant de l’évolution 😉 Friendly,

      Eric – La Plume

  4. myriam says:

    Merci de partager cette expérience avec nous, cela peut éviter de sacrés pièges dans lesquels on pourrait tomber par inconscience. Une chose qui m’étonne:les DPL c’est justement pour qu’on puisse utiliser le contenu en toute légalité, non? On a même le droit (je crois) de mettre son nom et sa signature. Donc ça n’est pas illégal et je ne vois pas le problème pour amazon, ou alors la raison ce serait qu’il lui faut de l’originalité parce que sinon il finirait par y avoir trop de e-book qui se ressemblent, même sujet, même contenu etc. c’est ça?
    En tout cas merci pour ton témoignage et tous mes voeux pour un succès encore accru sur kindle

    • laplumeautonome says:

      Hi Myriam,

      Merci pour tes voeux de succès :) De rien pour le partage, s’il y a moyen d’éviter ce type de mésaventure à d’autres c’est avec plaisir 😉 Pour la question que tu soulèves sur les DLP, la publication de ce type de contenu n’a rien d’illégal en soi, mais va à l’encontre des termes d’Amazon – ce qu’on peut comprendre et tu réponds d’ailleurs toi-même à la question (“..trop d’ebooks qui se ressemblent”) Finalement appelons les choses comme elles sont, les DLP sont une forme de matière première pour produire des clones, avec une apparence différente en surface mais la même structure à l’intérieur. J’essaie tjrs de me mettre à la place des gens, ou des entreprises: Si c’était ma boutique, je mettrais les ‘hola’ moi aussi en faisant le ménage sur les étagères avant que trop de clients ne m’accusent de fournir la même soupe sous plusieurs emballages différents – n’en déplaise aux vendeurs de DLP dont le seul et unique objectif est d’utiliser la tendance humaine à la facilité et la paresse.. Pour faire leurs profits ! Pour le reste, ils se fichent éperdument que ton compte risque d’être bloqué, voilà la triste réalité. Ma question aux amis auteurs est donc la suivante: Si vous avez la flemme de vous creuser sur un sujet, quelle est la meilleure solution: soigner votre flemme, ou risquer de perdre votre compte KDP au profit de marchands de soupe peu scrupuleux ? :-p Friendly,

      Eric – La Plume

Déposez un commentaire

*